Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Une fleur de Paris
Une fleur de Paris
Menu
Jardin des Plantes de Paris : Paul et Virginie

Jardin des Plantes de Paris : Paul et Virginie

Jardin des Plantes de Paris : Paul et Virginie - Statue de Paul et Virginie et Bernardin de Saint-Pierre par Louis Holweek (1861-1935).

Voici une statue qui mériterait qu'on parle plus d'elle. Elle est magnifique. C'est la statue de Bernardin de Saint-Pierre, l'auteur de Paul et Virginie. Elle est du sculpteur Louis Holweck.

Voici une statue qui mériterait qu'on parle plus d'elle. Elle est magnifique. C'est la statue de Bernardin de Saint-Pierre, l'auteur de Paul et Virginie. Elle est du sculpteur Louis Holweck.

Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre est né au Havre le 19 janvier 1737. Il eut une jeunesse pauvre et aventureuse, grand voyageur, fût au service de la Russie. De retour en France, il fréquenta les salons philosophiques, ceux de Melle de Lespinasse et de Mme Necker. L'insuccès de la lecture de Paul et Virginie chez cette dernière jeta l'auteur dans un tel doute sur la valeur de son ouvrage qu'il faillit le détruire.

Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre est né au Havre le 19 janvier 1737. Il eut une jeunesse pauvre et aventureuse, grand voyageur, fût au service de la Russie. De retour en France, il fréquenta les salons philosophiques, ceux de Melle de Lespinasse et de Mme Necker. L'insuccès de la lecture de Paul et Virginie chez cette dernière jeta l'auteur dans un tel doute sur la valeur de son ouvrage qu'il faillit le détruire.

Ce  fut Joseph Verret qui le sauva du feu. Les études de la nature, ouvrage inspiré par Jean-Jacques Rousseau, dont Bernardin de Saint-Pierre était l'ami, obtint au contraire, un grand succès. Lauréat de l'Académie de Besançon, Bernardin de Saint-Pierre fut intendant du Jardin des Plantes et du cabinet d'Histoire Naturelle en 1791, professeur de moral à l'Ecole Normale en 1794.

Ce fut Joseph Verret qui le sauva du feu. Les études de la nature, ouvrage inspiré par Jean-Jacques Rousseau, dont Bernardin de Saint-Pierre était l'ami, obtint au contraire, un grand succès. Lauréat de l'Académie de Besançon, Bernardin de Saint-Pierre fut intendant du Jardin des Plantes et du cabinet d'Histoire Naturelle en 1791, professeur de moral à l'Ecole Normale en 1794.

Il fit partie de l'Institut en 1795, classe des Sciences Morales et Politiques et à l'organisation de 1803, il occupa dans la deuxième classe le fauteuil de A.-L. Séguier. Il devait recevoir Raynouard, Picard et Laujon le 24 novembre 1807. Il écrivit son discours de réponse aux trois récipiendaires, mais septuagénaire et ayant la voix faible, il dût laisser à François Neufchâteau le soin d'en donner lecture. Ce discours eut d'ailleurs peu du succès auprès du public fatigué des trois qu'il venait d'entendre.

Il fit partie de l'Institut en 1795, classe des Sciences Morales et Politiques et à l'organisation de 1803, il occupa dans la deuxième classe le fauteuil de A.-L. Séguier. Il devait recevoir Raynouard, Picard et Laujon le 24 novembre 1807. Il écrivit son discours de réponse aux trois récipiendaires, mais septuagénaire et ayant la voix faible, il dût laisser à François Neufchâteau le soin d'en donner lecture. Ce discours eut d'ailleurs peu du succès auprès du public fatigué des trois qu'il venait d'entendre.

En 1904, M. Eugène Patron légua au Muséum une somme de cinquante mille francs destinée à élever une statue à Bernardin de Saint-Pierre dans le Jardin des Plantes.

Patin a prononcé son Eloge et Aimé Martin a écrit une notice sur Bernardin de Saint-Pierre.

Bernardin de Saint-Pierre, meurt le 21 janvier 1814.